Bien des choses ont changé en 20 ans. Nous sommes désormais plus attentifs à la qualité des plats servis à nos enfants. Le repas de midi est devenu un enjeu éducatif, qui souligne l’influence d’une bonne alimentation sur leur santé future. Le respect de l’environnement oriente nos choix de sélection des produits comme des fournisseurs. Ce rôle élargi du repas au sein de l’école accentue la nécessité de permettre à toutes les familles d’accéder à un service de restauration de qualité.

De nombreuses villes et collectivités font évoluer leur service de restauration depuis plusieurs années. La commune de Boussy Saint Antoine vient ainsi de doubler la proportion de bio dans la composition de ses repas, et communique sur le site de la mairie, les aliments bio dans les menus de ses écoles. Le département de l’Essonne lance sur 6 collèges pilotes une expérimentation portant non seulement sur l’introduction du label bio, mais aussi sur un choix de producteurs locaux, afin de favoriser le maintien d’une agriculture de proximité. Un accompagnement pédagogique, sur le « bien manger », mais aussi sur le recyclage des déchets alimentaires, complète le dispositif. La restauration scolaire évolue doublement : une exigence de qualité accrue, et une attention beaucoup plus forte de la part des usagers comme des collectivités qui en ont la responsabilité.

A Savigny, les représentants de parents d’élèves demandent depuis longtemps à être associées à tous les travaux sur cette question. Dans les années 2000, une amorce de dialogue avait permis de progresser, par des avenants au contrat de restauration RGC. Depuis 2008, plus rien : les lettres envoyées au Maire sur ce point son restées sans réponse, de même que les courriers dénonçant la restriction illégale d’accès à la cantine pour les familles en recherche d’emploi. Le Conseil municipal a reconduit sans débat le principe d’une délégation de service similaire à ce qu’elle était depuis 20 ans. Nous avons voté contre, principalement en raison de l’absence de concertation et de dialogue avec les usagers qui auraient du précéder cette délibération. Le choix de la municipalisation de ce service nous semble aujourd’hui le plus adapté à la nécessité de maîtriser complètement le bon fonctionnement de ce service aux saviniens. Mais l’essentiel n’est pas là : ce sont bien les objectifs de qualité des repas, d’éducation nutritionnelle, de respect de l’environnement, et de participation des usagers qui doivent primer. Tournant le dos à tout dialogue, la majorité municipale s’est dépêchée d’appliquer ses vieilles recettes, sans voir l’évolution des demandes. Une fois de plus, c’est un rendez-vous manqué entre la municipalité et les habitants.

Les élus du groupe "Imagine Savigny"